1996 • Constitution Sud-Africaine

This post is also available in: English Nederlands

Constitution Sud-Africaine

1996

 

À la fin du vingtième siècle, il apparaissait de moins en moins sensé de cantonner l’histoire de l’émancipation des personnes LGBTI+ et des droits civiques aux pays occidentaux. Dans un monde où les échanges transnationaux étaient en plein essor, divers centres d’action légale et politique ont fait leur apparition. La transformation de l’Afrique du Sud a constitué une percée de taille pour le continent africain après que le système de l’apartheid a été renversé au début des années 1990 et que Nelson Mandela a été élu premier président noir du pays. Dans le cadre de ce processus, les législateurs et législatrices ont passé des années à rédiger une nouvelle constitution qui incarnerait les espoirs du pays en vue d’une société radicalement nouvelle. La Constitution a été adoptée en 1996 et a été la première au monde à proscrire la discrimination axée sur l’orientation sexuelle. Ce faisant, elle ébranlait la conception occidentale traditionnelle selon laquelle les pays du « Tiers monde » étaient « à la traîne » et ne « rattrapaient » que péniblement les mouvements de réforme sociale en cours en Occident. Elle a également démontré que le continent africain était bien plus diversifié que l’on avait voulu le décrire et qu’il devait dès lors être considéré comme un partenaire égal dans les discussions sur le genre et la sexualité. Dans le même temps, les grands espoirs consacrés dans la Constitution sud-africaine ont de temps en temps été source de frustration pour les militant·e·s confronté·e·s sur le terrain à une grave épidémie de VIH/SIDA dans ce pays ou aux violences homophobes persistantes (tout particulièrement sous la forme de « viol correctif »). Par ailleurs, les militant·e·s d’autres pays d’Afrique sont toujours désespérément loin d’être en mesure d’insuffler des changements similaires dans leurs pays. Toutefois, une lueur d’espoir sembler briller pour l’Afrique. Le Kenya envisage de dépénaliser les relations homosexuelles, tandis que l’Angola a quant à lui déjà sauté le pas et que la Cour suprême du Botswana s’est prononcée en 2017 en faveur d’une reconnaissance légale de l’identité de genre pour les personnes transsexuelles.

South African Constitution (1996) ⓒ South Africa History Online (SAHO)
South African Constitution (1996) ⓒ South Africa History Online (SAHO)

© The Belgian Pride vzw/asbl Aucun contenu de cette publication peut être reproduite ou transmise sans l’accord écrit préalable de The Belgian Pride vzw/asbl.

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close